Fabrication d’une nouvelle imprimante 3D

Après avoir utilisé quelques années mon ancienne imprimante 3D, je voulais en construire une plus précise et surtout plus fiable. Pas de réglage et d’ajustement sans fin comme la précédente. Simplicité et fiabilité. Je dispose maintenant d’un petit tour et d’une petite fraiseuse ce qui me permet de fabriquer des pièces précises en acier ou aluminium.

La nouvelle imprimante sera donc quasi intégralement en aluminium avec un design proche de la Prusa i3. Je conserve le principe de l’extrudeur déporté (bowden) pour avoir une tête d’impression légère et vibrant moins.

Le châssis est fabriqué avec les profils de l'ancienne imprimante. Première étape, les tiges trapézoïdales du portique supportant l’axe X et Z sont percées pour être emboîtées / collées directement sur les arbres des deux moteurs Nema 17.

Perçage des vis trapézoïdales

 

Les vis sont collées sur l’arbre des moteurs
Le chassis

 

L’axe Y

Monté sur des plaques en alu épaisses, il est ajustable et renforce la rigidité de l’imprimante.

 

Supports de roulements pour Y

Simple mais efficace comme fixation.

Fraisage d’un des blocs pour X

C’est parti pour quelques copeaux.

Le bloc intégrant roulement et support moteur pour X

Préparation du tendeur de courroie pour X

 

 

 

le tendeur en place

 

 

La courroie est bien tendue
Fraisage d’un bloc de POMC

 

 

la fixation du chariot X portant Z

 

De rares plans sont réalisés avec LibreCAD.

Préparation des supports moteurs de Z

 

Tests de position du portique
Avec le plateau Y
Fabrication d’un support d’extrudeur
L’extrudeur et son support

Le support est fabriqué rapidement à l’aide de la fraiseuse. Pour l’extrudeur, il est acheté. Sa fabrication ne serait pas rentable.

Le tendeur de courroie pour Y

 

Le portique X avec un capteur à induction et l’extrudeur

Un capteur à induction permet un nivellement automatique du plateau. Le firmware marlin gère une matrice de 9 points pour calculer l’assiette et la déformation éventuelle du plateau chauffant en aluminium.

Préparation de l’électronique
Intégration d’un raspberry avec Octopi et d’un relais pour piloter l’alimentation

Un raspberry pi 3, une webcam et un relais viennent compléter le pilotage à distance de la machine. Via un navigateur web ou avec l’application mobile Printoid. Top !

Le pilotage à distance avec Octopi

L’imprimante est dans le garage et peut être ainsi surveillée à distance.

 

Le câblage avance
Le moteur de l’extrudeur

Vu le prix de 6$, inutile de chercher à le fabriquer.

Prête pour des tests
Ruban de LED intégré dans le chassis en aluminiun
Premier « torture test »
Coin coin

Les étapes qui restent à faire: Finir le carénage de l’imprimante, installer un ventilateur sur le portique X, réaliser quelques pièces pour améliorer l’imprimante: une chaîne porte câble, un boitier pour l’écran LCD, un cache pour le relais…

Les résultats sont à la hauteur de mes attentes, l’imprimante est fiable et la résolution à 0.1mm est atteinte sans problème à la vitesse de 80mm/s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.